06 87 79 23 79
Cabinet Rambouillet Yvelines
et e-Cabinet Francophone
de Psychothérapie

Valérie Péala

Votre psychologue

Articles

Vous me retrouverez le 10 novembre à 14h dans l'émission de Frédéric Lopez " Mille et une vies" présentée par Sophie Davant où je repondrai aux questions concernant la plus invalidante des phobies.

A l'issue de l'émission, je posterai la vidéo.

Bien à vous.

​L' AGORAPHOBIE

Définition: La peur (phobie) des lieux publics (agora).

 

Dans le quotidien l’agoraphobie se manifeste dans différentes situations et de diverses manières :

Peur d’aller dans les magasins, d’être au milieu de la foule, de sortir dans la rue, de conduire ou de prendre un moyen de transport , de se retrouver au restaurant,  d’être dans une file d’attente… d’où il pourrait être difficile de s’échapper et qui s’accompagnent de symptômes tels que de la tachycardie, des bouffées de chaleur, de la transpiration excessive, des tremblements, la peur de vomir, de s’évanouir, de mourir, de devenir fou, avec des sensations de vertige, d’oppression etc… 

Ces derniers symptômes, qui signent l’apparition de ce que l'on nomme « attaque de panique », ne se déclenchent pas en même temps mais au moins 4 d'entre eux atteignent leur acmé en moins de 10 minutes.

Ceci est à distinguer des simples phobies qui se cantonnent à un domaine particulier.

Article sur l'agoraphobie, traitemennt valérie péala rambouillet yvelines

L’agoraphobie peut se déclencher suite à un traumatisme tel un deuil, un accident, un départ ou une situation qui va aggraver un terrain anxieux comme un divorce, une grossesse, une maladie. Une enfance émaillée de changements divers, de déménagements successifs, d’abandons réels ou imaginaires peuvent créer le nid d’une insécurité de base favorisant (mais pas systématiquement) l’apparition de crises anxieuses majeures.

Si un enfant ou un adolescent présente des anxiétés récurrentes et repérables, il est important de lui permettre d’en être soulagé rapidement par une psychothérapie appropriée.

Même si l’agoraphobe sait intellectuellement qu’il n’y a aucun danger à être dans ces situations, il les vit donc comme intensément menaçantes.

Une véritable crainte de revivre cette série de symptômes s’installe et pousse ainsi la personne à mettre en place des « conduites d’évitement » : ne plus entrer dans un magasin ou ne pas sortir dehors à telle heure, ne plus prendre la voiture ou seulement sur un certain parcours ; demander à une personne de confiance de l’accompagner et de lui servir de « garde-fou » en la rassurant, en parlant à sa place ou en lui prenant la main

La seule issue face à l'angoisse est, peu à peu, d’éviter de vivre toute situation vécue comme insurmontable et de subir à nouveau ces sensations qui peuvent créer l'impression de devenir fou ou de frôler la mort.

L’agoraphobe a une conscience aigüe du caractère parfois « ridicule » (et nommé comme tel) de ses peurs et sait n’avoir aucune prise sur leur pourquoi, leur comment et leur soudaineté.

Tout se déroule comme si ces symptômes se déversaient sur lui comme la pauvreté sur le monde, comme un profond séisme qui va véritablement le dévaster, le plonger dans une grande impuissance à vivre sa vie et à être ce qu’il désire

Article sur l'agoraphobie, traitemennt Valérie Péala rambouillet yvelines

Les mots expriment peu l’état dans lequel se retrouve l’agoraphobe après une attaque de panique et la honte de lui-même qui s’ensuit de ne pas avoir pu ni su se délivrer de ces peurs en temps voulu. Cela provoque des états de souffrance psychique et d’épuisement physique car la lutte est sans cesse dès qu’il faut mettre le nez dehors.

Pour pouvoir ne serait-ce que se représenter ce que vit un agoraphobe : imaginez-vous en état de guerre permanent, la peur des attaques de panique se substituant aux bombes. Il vit ainsi sa vie.

 

Afin de connaitre des moments d’apaisement, la personne peut se retirer de plus en plus du contact avec l’extérieur et, pour certains, vivre l’enfermement, l’emprisonnement tant affectif que social au point, parfois, de ne pas l’exprimer du tout, ni à la famille ni aux amis. La solitude peut être sans nom.

L’incompréhension, les moqueries, les banalisations de l’entourage sont d’autant plus blessantes que l’agoraphobe ne comprend pas ce qui lui arrive et ne décide pas sciemment d’être en si fâcheuses postures.

Face à ce tableau fort sombre, des lumignons existent vraiment et peuvent finir par redonner l’éclat à un être qui a cru perdre la vie mille fois.

Une psychothérapie alliant des techniques corporelles, sensorielles et mémorielles est indispensable afin de libérer les racines anxieuses qui prennent tout autant naissance dans la propre histoire de la personne qu’au niveau corporel et transgénérationnel.

 

Valérie Péala

  • Psychologue – Gestalt-Thérapeute
  • Mémoire Cellulaire - TIPI

« Notre peur la plus profonde n'est pas que nous ne soyons pas à la hauteur,

notre peur la plus profonde est d'être puissants au-delà de toute limite.

C'est notre lumière, pas notre part d'ombre, qui nous effraie le plus.

Nous nous demandons, qui suis-je pour oser être brillant, magnifique, talentueux, fabuleux?

Mais en fait, qui suis-je pour ne pas l'être? »

                                                                                        Marianne Williamson


Articles similaires

Les posts proposés n’auront rien de théorique. Le but, ici recherché, étant de rendre accessible un langage qui, au fil des décennies, est devenu source d’incompréhensions et d’interprétations sauvages.
Il va donc être question, bien humblement, de migrer d’un langage intellectuel parfois inintelligible à un langage du cœur basé sur une expérience de vie tout autant professionnelle que personnelle et ainsi créer une alliance avec le lecteur.
Bonne lecture à vous.
Valérie Péala

Dernières news

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.